Seule Toute

Spectacle

Toute Seule

Le Pitch

en 132 mots

21 points et 7 virgules

Coronis, fille de la déesse Coronée et du Roi Plégias est une femme changée en corneille. A cause d’un seul homme elle a quitté tous les hommes. Un esprit de femme dans un corps d’oiseau ce n’est pas tous les jours de la tarte.

Aux portes de la mort, elle a trouvé une jeune femme et lui a rendu la vie en échange d’un pacte : la jeune femme doit quitter les hommes pour de bon. Vivre en retrait et observer. Elle doit mettre les passants en chanson et chaque jour donner un concert pour Coronis. Elles n’auront besoin que l’une de l’autre. Elles seront un drôle de couple avec juste ce qu’il faut de pathétique pour être humain.

Doucement et dans le désordre, la jeune femme raconte celui de sa vie. Elle, au pied d’un lampadaire, sur un tas de plastique et de crasses. À l’heure dite, celui-ci se dresse. Elle rock sa vie, elle rock sa voix. « Ce soir c’est son soir, peut-être le dernier. »

Extraits

« Je suis coronis, fille de la déesse Coronée et du roi Plegias. Je suis une corneille mais j’étais une femme avant. Pourquoi  cette transformation ? Ce n’est pas un coming out, maman je voulais te dire… j’ai toujours été corneille. Non, c’est à cause de Poséidon. Poséidon, vous voyez ? Le grand costaud avec un triton,trident. Il me trouvait à son goût. Il était insistant, de plus en plus présent, pressant, bref il voulait me sauter. Mais je ne suis pas qu’une moule…Je n’avais pas du tout envie de lui. Et les dieux n’ont pas l’habidude qu’on les refuse. C’est Athéna qui m’a sortie de là. Pour que je sois libre de lui échapper, elle m’a proposé l’apparence d’une corneille. C’était, soit me faire violer à perpetuité par poséidon, soit un esprit de femme dans un corps d’oiseau.

J’ai choisis Un esprit de femme dans un corps d’oiseau. J’ai donc, à cause d’un seul homme, quitté tous les hommes. J’ai erré pendant des années, des années des années. A moi la solitude et l’ennui éternel.

Parce que je ne meurs pas. C’est le revers de mes quelques pouvoirs. Celui de vie et de mort notamment.

J’étais désespérément seule. Jusqu’à ce que je trouve une jeune femme, le corps en crêpe sur le trottoir. Elle s’était foutue en l’air, défenestrée. Elle sentait si mauvais que de mon bec j’ai voulu gouter cette chair vivante et pourtant faisandée. Il faut bien manger. Quand j’ai pioché dedans elle a glapi, glapi avant de murmurer que c’était trop tôt, qu’elle n’était pas encore passée, de revenir demain, elle a dit demain et alors à ce demain subitement ma vie s’est accrochée, elle serait ma créature. »

« Tu le sais qu’à force qu’on nous dise timbrée ça nous a mise différentes. Tu te souviens quand c’est sorti de sa bouche à lui. Lui qui avait notre bouche, notre sexe et notre âme aussi quelle conne. Tu te rappelles que c’est à cause de lui que les mots nous coupent en morceaux. Que ça saigne. Tu te rappelles qu’avec les autres on s’était fait une raison mais que lui ce matin là avec son œil bleu comme un rasoir il nous a coupées en sept quand il a dit…

La tête dans la casserole. Notre bras cherchait son autre. Mon torse exsangue sur la table. Une jambe derrière l’évier. L’autre au-dessus de l’armoire et le sexe inanimé sur le plancher avec le cul qui ne respirait plus. Sept morceaux de moi, de nous qui suis plusieurs depuis car tout à l’air ensemble mais en réalité peut-être, peut-être, et oui peut-être que tout ne l’est pas. Peut-être…

Tu te souviens quand sexe fesse était inanimé et que tout le reste tressautait. Tu te souviens qu’on était comme un poisson qu’on sort de l’eau ?

Je me rappelle moi ses mains sur la table rouge, avec un trou au centre pour les parasols mais qui ne servait à rien à cause que nous étions dans la kitchen, ses mains ne tremblaient pas.

Mais c’était la tempête. »

Événements

Droit au Cœur

Dates de représentations & de résidences